cheap uggs

Roberto Stephenson | Italie-Haïti

Né en 1964, à Rome, Italie
Vit et travaille à Haïti.
Photographie.

Les photographies de Roberto Stephenson sont des témoignages justes et fidèles des paysages urbains et intimes d’Haïti. Sans sensationnalisme ni misérabilisme, il dépeint les rues de Port-au-Prince et leurs animations, les intérieurs haïtiens, et le pays en proie au séisme et à la reconstruction. Le photographe refuse les jugements et redonne poésie et douceur aux paysages qu’il saisit. Il montre la fragilité de l’existence face aux catastrophes naturelles.

Ses lignes géométriques et les couleurs vives de ses clichés se confrontent également à des portraits humains saisis en gros plan comme pour rentrer dans la peau des personnes qu’il photographie.

Roberto Stephenson agit en alchimiste du quotidien qui souhaite saisir la normalité et le pouls du pays, toujours tangent entre réalité et rêve : « le vodou est ici partout » indique-t-il.

Il a reçu une formation de photographe d’architecture.

Son travail a été récompensé par le Grand Prix du Jury au salon d art contemporain de Montrouge en France (2005) et par l’Union Européenne lors des 7e Rencontres de Photographie de Bamako au Mali (2003) pour le meilleur travail photographique documentaire.

Ses dernières expositions individuelles incluent Haiti, Fotografie 2000-2010 au LAC à Lugano (2011-2012) ; une présentation à la galerie André Arsenec à Fort-de-France (2008) et à l’Alliance Française de Jacmel à Haïti (2007) ; El Estrecho Dudoso à l’espace TEOR/éTica à San José au Costa Rica (2006) ; Le Revenant dans le cadre du mois de la photo à Montréal (2005) ; Haïti sans chapeau à l’hôtel d’Albret à Paris (2004).

Quant à ses participations à des expositions collectives, elles concernent : Haiti : Kingdom of this World à la 54e Biennale de Venise, à Paris et à Miami (2011), Pares y nones à l’Ibero-Amerikaniksches Institut de Berlin (2004) et au Museo de Arte Moderno de Saint Domingue (2002) ; Rencontres photographiques en Caraïbe en Martinique (2001).

Il a également participé à la 9e biennale de Bamako (2011), à la 4e Biennale des Caraïbes à Saint Domingue et à la 9e biennale de La Habana (2006) ; ainsi qu’à la triennale de Milan où il expose Fer forgé, battito di Haïti.

Il est l’auteur de trois livres : un sur les intérieurs haïtiens, un sur son expérience de vie lors de ses trois premières années dans le pays et le dernier sur les paysages urbains de Port-au-Prince.