cheap uggs

Petrine Archer | Jamaïque

Petrine Archer
Historienne de l’art, commissaire d’exposition, consultante culturelle
Jamaïque
Nous contacter

Diplômée en théologie, histoire et sociologie (1978) et en philosophie et histoire culturelle (1987) de l’University of the West Indies, Petrine Archer complète sa formation par un master histoire de l’art et par un doctorat en histoire de l’art moderne du Courtauld Institute de l’Université de Londres, Angleterre (1995).

Elle a également un diplôme de peintre de la Jamaica School of Art de Kingston, Jamaïque (1982).

Sa carrière est plurielle. A la fois professeure d’histoire de l’art au Courtauld Institute, elle est également consultante culturelle pour des institutions caribéennes et anglaises.

A son chef plusieurs actions : coordinatrice pour l’exposition Africa the Art of a Continent à la Royal Academy of London (1995) ; commissaire invitée et membre du conseil d’administration de la NGJ – National Gallery of Jamaica (depuis 2000) ; consultante pour développer les pratiques curatoriales de la NAGB – National Art Gallery of the Bahamas (2000-2002) ou encore créatrice du premier département d’histoire de l’art de la Jamaica School of Arts (2002-2004).

Petrine Archer a curaté les expositions suivantes : Fifty Years Fifty Artists à l’Edna Manley College of Visual and Performing Arts de Jamaïque (2003) ; One Man’s Vision: The Vincent D’Aguilar Collection (2003) et Past, Present and Personal: The Dawn Davies Collection (2004) à la NAGB des Bahamas – dans la Caraïbe ; Home and Away: Seven Jamaican Artists à l’October Gallery de Londres (1994) ; New World Imagery: Contemporary Jamaican Art (1995) et Back to Black à la Whitechapel Gallery de Londres (2005) – en Angleterre.

Petrine Archer a publié les ouvrages suivants :
Jamaican Art, Kingston Publishers, 1990, en tant que co-auteur
Fifty Years-Fifty Artists, Ian Randle Publishers, 2000, en tant qu’éditrice
– Et Negrophilia: Avant Garde Paris and Black Culture in the 1920s, Thames & Hudson, 2000, en tant qu’auteur.
Ses critiques sont parues dans Caribbean Beat et elle a participé à l’ouvrage Creolité and Creolization pour Documenta 11 à Kassel en 2002 avec l’article Paradise, primitivism and parody.