cheap uggs

Patricia Kaersenhout | Suriname

Née en 1966 à Den Helder, Hollande, d’origine Surinamaise,
Vit et travaille à Amsterdam, Hollande,
Vidéo, collage, peinture, textile, dessin
www.pkaersenhout.com
Videos on Vimeo

Je connais un moyen d’attirer l’attention. En étant quelque part et en faisant semblant d’être invisible. Si vous voulez, je peux vous apprendre… Ingmar Heytze

Je suis très douée pour me rendre invisible. J’ai sucé cette capacité en même temps que le lait de ma mère.

J’ai été élevée dans la société occidentale qui se considère supérieure à ses ancêtres et aux soi-disant sociétés primitives. Mes deux parents ont été élevés avec l’idée que les opinions occidentales étaient les meilleures. Ces idées m’ont été transmises et en elles se trouvent les racines de mon invisibilité. A l’école on m’a appris des idées auxquelles mes parents ne pouvaient pas se référer. Ils étaient mal à l’aise avec le fait qu’ils vivaient dans le pays de leurs conquérants. Ne pas savoir les codes sociaux les a convaincus de m’élever avec l’idée de ne pas attirer l’attention à cause de notre différence.

L’invisibilité est un des thèmes récurrents de mon travail. Dans ma carrière artistique, j’ai développé plusieurs œuvres dans lesquelles j’enquête sur le contexte surinamais en relation avec mon éducation dans la culture occidentale.

Ce fil politique dans la plupart de mes œuvres soulève des questions sur les mouvements de la diaspora africaine et sa relation au féminisme, à la sexualité, au racisme et à l’histoire de l’esclavage. En tant qu’artiste je suis constamment dans un état de devenir

Les matériaux ou les supports que je choisis pour exprimer mes idées ne sont pas simplement utilisés comme un concept stylistique mais aussi comme un commentaire sur le thème choisi. Par exemple, je couds et je brode des mouchoirs qui sont pour moi le symbole de toutes les larmes versées pendant l’esclavage et le colonialisme. Dans une œuvre récente je mets l’accent sur les attitudes sexuelles et la négligence historique des oppresseurs noirs et blancs. M’inspirant du livre de Bell Hooks, Ain’t I a woman, j’ai fait des recherches sur la (non)position historique des femmes noires (blak). Dans la mesure où les femmes noires (blak) sont la plupart du temps ignorées dans l’histoire écrite blanche, je joue avec le fait qu’être invisible donne la liberté de remettre en question une prétendue vérité et de la mélanger avec la fiction. C’est directement lié à ma propre tradition de l’histoire orale où il n’y a jamais de séparation définie entre les faits et la fiction.

Note : ne pas utiliser de C dans Blak est fait exprès. Le C est une invention Coloniale.

Diplômée de la Gerrit Rietveld Academy, Amsterdam, Hollande (1999) où elle étudie le dessin, la peinture et l’art graphique.

Elle est l’une des fondatrices de YAW | Young Angry Women (2002) et de l’ArtNote foundation (2005).

En 2009, son ouvrage Invisible Men est publié.

En 2010, elle organise aux côtés de l’artiste Charl Landvreugd (Suriname) le débat Am I Black Enough for you à l’Unie de Rotterdam, Hollande.

Elle est finaliste pour le Black Magic Woman Award et le Van Bommel van Dam Price (2005).

Patricia Kaersenhout est artiste en résidence à Bijlmair, Amsterdam, Hollande en 2005-2007 ; au Pompgemaal in Den Helder/Huisduinen, Hollande en 2010 et à Open Ateliers Zuidoost OAZO-Air à Amsterdam, Hollande en 2012.

Son travail est représenté par le C&H ArtSpace d’Amsterdam, Hollande.

Expositions individuelles de Patricia Kaersenhout

Be You en collaboration avec Jeanette Ehlers à CBK Zuidoost, Amsterdam, Hollande durant le Black Magic Women Festival (2012) ; what you don’t see is what you won’t get au C&H Art Space d’Amsterdam, Hollande (2011-2012) ; une présentation individuelle à C&H Arts and Design, Hollande (2008-2009) et présentation de la pièce créée pour les 140 ans de l’abolition de l’esclavage en Hollande et au Suriname commissionnée par le Amsterdams Fonds voor de Kunst et le CBK Zuidoost (2005).

Expositions collectives

Gallery Artist + Guest au C&H Art Space d’Amsterdam, Hollande (2012-2013) ; Caribbean : Crossroads of the World à New York – 3 musées (2012-2013) ; H(A)UNTED au CCCADI de New York, USA (2012) ; Residu II à la Kunsthal 52 de Den Helder, Hollande (2011) ; Gallery Artist au C&H Art Space d’Amsterdam, Hollande (2011) ; Wrestling with the Image : Caribbean Interventions à l’OAS Art Museum of the Americas de Washington DC (2011) ; Chassés Croissés au Centro d’Arte Piana dei Colli de Palerme, Sicile et à La Casa Blanca de Malaga, Espagne (2010) ; Beteken à la Galerie KUS d’Heerlen, Hollande (2010) ; Moeder à la Gallery Outline d’ Amsterdam, Hollande (2010) ; Private Confessions à la Cercle Factory de Londres, Angleterre (2010) ; Sribi Swieti à Pulchri à La Haye, Hollande (2010) ; Facts & Frictions à Het Glazen Huis à Amsterdam, Hollande (2010) ; Wakaman : Drawing Lines à Fort Zeelandia à Paramaribo, Suriname (2009) ; Toeval gezocht au Museum of Modern Art d’Amsterdam, Hollande (2009) ; Wakaman à TENT. à Rotterdam, Hollande (2005) ; De erfenis van de slavernij au Weredlmuseum de Rotterdam, Hollande (2003-2004) ou Getekend Katendrecht à la ZET Foundation de Katendrecht, Hollande (2004).

Biennales, festivals

Patricia Kaersenhout participe à la 53e Biennale de Venise en 2009, à la 5e Biennale de Dessin d’Australie en 2009, ou à la Biennale de Londres en 2006.

En 2012, elle est invitée à présenter son travail dans l’événement New Media organisé à Port of Spain par ARC Magazine et le trinidad+tobago film festival.

Oeuvres de l’artiste

Pour consulter les vidéos de l’artiste, rendez-vous sur sa page Vimeo.

Patricia Kaersenhout | Lacrimae

En savoir plus… 

Patricia Kaersenhout | Poetry of Invisibility

En savoir plus… 

Patricia Kaersenhout | Black Ladies

En savoir plus…