cheap uggs

Maksaens Denis | Haïti

Né en 1968, à Port-au-Prince, Haïti,
Vit et travaille à Dakar, Sénégal
Sculpture, vidéo, installation, performance
http://www.maksaens.com/

Diplômé de l’École Supérieure de l’Audiovisuel (ESRA) de Paris (1992).

Maksaens Denis participe à plusieurs résidences : à l’espace Donko Seko de Bamako, Mali (2011) ; à l’Institut Français de Brazzaville au Congo (2011) ; aux Greatmore Studios du Cap en Afrique du Sud (2009) et à la Société des Arts Technologiques – la SAT – de Montréal, Canada (2002).

En 2010, il participe au projet _trans- réalisé avec Madagascar, Haïti et le Cameroun, et orchestré par Revue Noire et AfricAmericA.

En 2011 et 2012, il anime des atelier de création numérique à Port-au-Prince.

Maksaens Denis a aussi réalisé E Pluribus Unum, un documentaire sur les sculpteurs de la Grand’Rue de Port-au-Prince, André Eugène et Jean Hérard Céleur (2002) ; L’Arbre de la Liberté sur la question de la religion (2004) et plusieurs autres projets collaboratifs vidéo ou artistiques (danse, théâtre…).

Expositions individuelles de Maksaens Denis

In Situ (avec Tiziana Manfredi) à l’Institut Français du Burkina Faso, Avenue de la Nation, Ouagadougou, Burkina Faso (2013) ; Video Projects à la Galerie Le Manège de l’Institut Français de Dakar, Sénégal (2011) ; Gcamagwini aux Greatmore Studios du Cap en Afrique du Sud (2009) ; My Joshua Tree à l’Antelope Valley College en Californie, Etats-Unis (2007) et Kaocities à la SAT de Montréal, Canada (2002).

Expositions collectives

In Extremis – Death and Life in 21st century Haitian art au Fowler Museum de Los Angeles, USA (2012-2013) ; Haiti : Kingdom of this World à la 54e Biennale de Venise, Italie – à Paris, France – à Miami, USA et à Jacmel, Haïti (2011-2013) ; le 6e Forum Transculturel d’Art Contemporain de Port-au-Prince, Haïti (2011) ; 36 Seconds à la Fondation Blachère d’Apt en France (2011) ; Sud Paris à Revue Noire, Paris pour le projet _trans- (2010) ; Infinite Island: Contemporary Caribbean Art au Brooklyn Museum de New York (2007-2008) ; Life, Petrol & Blood au Centre Culturel Français de Karthoum au Soudan (2006) ; la fête de la sculpture de l’Institut Français de Port-au-Prince, Haïti (2007) ; Latitudes – Terres de l’Atlantique à l’Hôtel de Ville de Paris, France (2004) ; Sculpture Urbaine IV à la Central Bank of Barbados dans le cadre du congrès annuel de l’AICA (2003) et Sculpture Urbaine III au Musée d’Art Haïtien (2002).

Biennales

Maksaens Denis a également participé à Happy Islands, Prome Encuentro Bienal Arte Contemporaneo di Caribe, la première biennale d’Aruba (2012) ; à la 11e Biennale de La Havane (2012) et à la 54e Biennale de Venise, en 2011, avec Haiti Kingdom of this world, dans le premier pavillon haïtien, ainsi qu’à la 51e Biennale de Venise pour La Trama e l’Ordito. En 2010, il est invité par la Biennale de l’Art Africain de Dak’Art aux côtés de Mario Benjamin, de Barbara Prézeau-Stephenson et de Jean Hérard Céleur. Il s’est, par ailleurs, fait connaître lors du Festival Vues d’Afrique de Montréal dans le cadre d’AfricAmérica@SAT (2002) – avec Kaocities.

Il participe au projet Landings – curatés par Joan Durán – Landings 9 à Tai Pei, Taiwan (2008) et Landings 2 à Merida, Espagne (2006).

Interview Exclusive avec Maksaens Denis

Maksaens Denis a répondu à nos questions à La Havane lors de la 11e Biennale. L’occasion de revenir sur son parcours multiple et sur ses œuvres, telles Vivi, le robot slameur, ou « Vie, pétrole et sang », « My Joshua Tree » ou encore « Kawotchou ». Maksaens Denis, « vidéo-artiste-plasticien », parle de ses pièces où le présentoir et la vidéo forment un tout et des projets collaboratifs avec les domaines de la danse et du théâtre. Une merveilleuse discussion.

Lire plus